« Casbah Lumière »… Petit extrait

 

Un extrait de « Casbah Lumière »,  œuvre du poète, philosophe, artiste, chantre de la Casbah, Himoud Brahimi.

L’image de ma Casbah avait toute la terre pour espace.
Le monde musical que je respirais n’avait d’autre droit
que celui d’ouvrir les voix à la clarté de la parole,
pour que le jour ouvre à la nuit l’entrée du secret des lumières.
Ma Casbah et moi sommes à l’aise dans notre placenta planétaire.
Voici que la musique s’empare de ma plume et me demande
de prêter ma perception à tout ce qui m’entoure.
Je dresse mon cœur.
Assidûment, je dresse mon cœur et j’entends
une polyphonie assourdissante, comme étouffée,
elle me parvient des façades des maisons.
Ces façades qui semblent remercier leurs bâtisseurs.
Ces façades qui ne finissent pas d’être des façades
et comme façades on ne trouverait pas mieux.
Ces façades qui se révèrent et se prosternent toutes en même temps.
Avez-vous jamais vu une cité qui se prosterne ?
Venez à ma Casbah, vous les verrez comme elles acceptent
cette attitude à la fois humble et altière.
Chacune d’elle est un serment témoin.
Chaque maison de distingue par sa génuflexion spéciale.
Chaque terrasse se singularise pour épater sa voisine.
Chaque patio sert de place publique aux muses heureuses de danser la musique
Chaque arceau sur sa colonne chante la modale du marbre enivré par sa torsade.
Chaque ruelle est une corde de luth et quand la corde vibre,
l’âme de toute la médina frissonne au son de cet accent envoûtant.
Chaque fontaine est une oasis d’attraction,
et la bousculade des enfants vaut tout un spectacle.
Une cité qui se prosterne face à la mort, face à la vie
ne peut être une cité comme les autres.
Une médina pareille a quelque chose en plus et cette chose là :
C’est l’amour avec lequel l’endroit a été choisi.
C’est l’amour avec lequel le maçon l’a construite.
C’est l’amour avec lequel l’histoire l’a glorifiée.
C’est l’amour avec lequel moi-même,
pris dans les mailles de son filet,
je me complais à y rester
pour continuer à respirer et à attendre
celui qui,
par cette nuit noire,
vint me rendre visite pour me marquer au front.
 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *