Aurélien Zouki, Un Artiste au Grand Cœur

Aurélien Zouki est un artiste libanais qui a suivi sa formation de comédien à Paris. Nous l’avons rencontré, mes amis de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth et moi, et il a eu l’amabilité de répondre à nos questions.
Après une expérience autour de l’Europe dans le théâtre, la marionnette et la danse, Aurélien Zouki décide de revenir au Liban avec une forte volonté créative, et malgré la guerre de 2006, il continue à œuvrer pour réaliser ses ambitions. Après avoir écrit une pièce avec un collaborateur il fonde avec d’autres artistes le « Collectif Kahraba » une compagnie artistique des arts de la scène composée d’artistes de différents profils engagés dans la scène artistique au Liban. Par la suite il sera aussi derrière l’initiative du festival « Nehna wel Amar wel Jiran » dont il est co-directeur artistique.

« Collectif Kahraba »
Financé à ses débuts par le Compagnonnage basé en France, le « Collectif Kahraba » se déplace au Sud du Liban avec comme but être plus proche de la population et permettre à un plus grand nombre de visiteurs d’avoir accès à ses activités culturelles.
Parmi les premiers spectacles, Aurélien Zouki évoque le « Vendeur de Légumes » qui n’a eu recours à aucun éclairage, ni artifice, mais plutôt à l’imaginaire de chacun; plus qu’un spectacle, un moment d’échanges artistiques entre acteurs et spectateurs! car en fait « Collectif Kahraba » est un réseau d’acteurs, écrivains, metteurs en scène, photographes, danseurs et marionnettistes, qui non seulement se forme progressivement autour des besoins communs pour échanger des outils et des pratiques de l’art, mais également rencontre le public et continue à interroger le monde dans lequel nous évoluons.
Pour Aurélien Zouki, tant que le message fait évoluer les mentalités, la pièce peut être esthétique et non revendicatrice car « Collectif Kahraba » croit fermement que l’art est une trajectoire vers l’ouverture et le dialogue, à ses yeux il est nécessaire de s’exprimer dans le contexte dans lequel nous évoluons car notre humanité est faite de curiosité, d’imagination, de rêves, de réflexion et de pensée critique, et aussi d’une capacité et d’un besoin de vivre ensemble. La pensée de « Collectif Kahraba » et une arme pacifique dans ce contexte, elle tient à offrir des expériences artistiques comme une passerelle pour bâtir la confiance et le dialogue entre les personnes qui « ne pourraient pas » se rencontrer autrement.

« Nehna Wel Amar Jiran »
Aurélien Zouki raconte qu’aux débuts, « Collectif Kahraba » avait rencontré des difficultés mais a continué à persévérer. Aujourd’hui , même si la question financière est importante, ses membres trouvent leur motivation ailleurs : Déplacer les spectacles vers des zones qui n’ont jamais accès aux activités culturelles, les présenter gratuitement pour assurer l’accessibilité à un plus grand nombre de personnes, satisfaire divers publics dans diverses communautés, organiser des tournées dans les espaces publics du pays, dans les différents camps de réfugiés du pays: bibliothèques publiques, départements pédiatriques des hôpitaux, écoles, théâtres, festivals au Liban et à l’étranger. Toutes ces expériences depuis la fondation de « Collectif Kahraba » en 2007 ont tracé son chemin pour lancer une manifestation culturelle et artistique nommée « Nehna Wel Amar Jiran ».

Souce de la photo: Performance intitulée Pieta sur  le site officiel de « Collectif Kahraba »

1 commentaire sur “1”

  1. Le titre de ce magnifique article « hommage  » porte bien son nom ..je te remercie de nous faire découvrir des personnages pareils et c’est tout à ton honneur et de celui que tu présente en la personne de ce grand ARTISTE qu’est AURELIEN ZOUKI (J’ai préféré l’écrire en grandes lettres majuscules car ils le méritent bien ,lui et sa merveilleuse troupe) .J’ai beaucoup apprécié le second paragraphe qui résume le message culturel et son aception délivrée par ce grand MONSIEUR . Je n’ose pas m’inscrire en connaisseur de cet Art et ne suis qu’un simple citoyen spectateur de ce qui se passe à travers ce monde devenu un village par le biais du web , et qui s’intéresse à tout ce qui fait la jonction de l’utile à l’agréable .J’admire ce que font ces artistes à travers leur collectif et le défi relevé pour transmettre leur message .Cette manière de se rapprocher , cette proximité adoptée pour satisfaire divers publics et communautés et cette patience malgré les difficultés pour la poursuite de leurs activités , démontre toute la bonne volonté et l’amour qu’ils portent à leur métier ..Pour moi ,à travers toi ,ils méritent tout le respect et toute ma considération. C’est ce qui manque de nos jours chez nous ! J’aurais aimé être un homme de l’Art dans un autre monde mais ma destinée m’a orienté vers ce monde (ou l’on croit) sans qui rien ne se fait qu’est le monde de la finance .Toutefois ton article vient de me démontrer encore une fois qu’il suffit d’un minimum pour en faire beaucoup ! Bien à toi Houda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *