La Communication Interculturelle

Pouvons-nous vraiment «nous mettre à la place » de quelqu’un qui a une culture différente? Pouvons-nous vraiment avoir un point de vue quant à la perspective culturelle?
Voila des questions qui méritent réflexions.
En fait le succès de beaucoup de nos interactions quotidiennes dépend de notre capacité à donner un sens à la vision d’autres personnes, comprendre ce qu’ils veulent et pourquoi font-ils ce qu’ils font. Il semble souvent difficile à priori de comprendre d’où viennent les personnes qui nous sont proches. Comprendre comment les autres – qui sont différents de nous – expérimentent le monde en adoptant une perspective culturelle pourrait être une tâche assez difficile car nous avons tendance à penser et à découvrir le monde autour de nous en étant influencés par notre propre histoire personnelle et notre propre patrimoine culturel. Être en mesure de considérer la perspective culturelle des autres au cours des rencontres interculturelles peut aider à réduire les conflits et l’incompréhension, c’est d’ailleurs un élément essentiel de la compétence interculturelle. La clé pour parcourir une perspective interculturelle est d’avoir un cadre qui peut nous aider à commencer déjà à apprécier le point de vue de l’autre personne.

Etude de Louise J.Rasmussen et Winston R.Sieck

Louise J.Rasmussen et Winston R.Sieck de Global cognition (Cognition globale) ont étudié comment les gens conçoivent les pensées et les décisions venant d’autres contextes culturels différents. Une étude de perspective culturelle a été menée avec des Américains qui avaient une expérience interculturelle limitée et aucune expérience spécifique dans la culture afghane. Dans l’étude, ces Américains ont été invités à se pencher sur les points de vue de personnages afghans dans un ensemble de récits. Rasmussen et Sieck ont ensuite présenté les mêmes scénarios pour les Afghans et ont comparé les réponses des deux groupes culturels. Les chercheurs ont constaté que lorsque les Américains culturellement inexpérimentés tentent de se rapprocher de la vision des Afghans, ils tirent des conclusions erronées de ce que ces derniers pensent et ressentent, la comparaison a révélé que les idées, les croyances et les valeurs attribuées aux Afghans par les Américains étaient différentes de ceux auxquelles ont recours les Afghans pour expliquer le comportement des autres Afghans. Par exemple, les Afghans ont dit que les personnages dans le récit se souciaient de maintenir leur statut social et espèrent des avantages mutuels dans les interactions avec les autres. Les américains interrogés n’étaient pas au courant de la plupart des valeurs et des croyances culturelles qui étaient importantes pour les Afghans qui ont plus tendance à attribuer des pensées et des intentions à eux que les Américains pourraient être plus susceptibles d’avoir dans ces situations. Rasmussen et Sieck ont publié ces résultats comme chapitre, «Utilisation de modèles culturels de la prise de décision pour évaluer et développer la compétence logique culturelle», dans le livre intitulé les progrès dans la prise de décision interculturelle. Nous connaissons peu sur la façon dont nous concevons le point de vue des personnes d’horizons culturels différents.

Question importante
La recherche a montré que, dans le cas d’une même culture, ou d’une prise de vue-sociale, les gens ont tendance à croire que les autres pensent et se soucient sur les mêmes choses qu’eux. Cette stratégie simple est valable lorsque nous interagissons avec des gens de notre propre culture, mais cela peut nous induire en erreur lorsque nous interagissons inter-culturellement. Une question pratique importante est: de quoi et combien avons-nous besoin pour connaître l’histoire et les antécédents culturels d’une autre personne afin d’être en mesure de prendre un point de vue culturel lorsque nous interagissons avec eux? Afin de réussir à comprendre le point de vue d’une autre personne dans une situation interculturelle, nous devons comprendre les influences sur leurs pensées et leurs décisions dans un contexte spécifique au sein duquel nous interagissons avec eux.
Pour comprendre ces influences il pourrait être utile de se demander, quelles sont les choses qui sont importantes à la personne en ce moment même, et pourquoi le sont-elles?
Si la situation le permet, nous pouvons lui poser la question directement, cependant dans de nombreuses situations, cela pourrait être impossible, alors il serait bon de faire une proposition qui est basée sur ce qui serait important pour nous si nous étions à sa place. Cela pourrait être un bon départ, même si l’autre personne a un antécédent culturel différent. Faire une supposition sur le point de vue de l’autre personne en sachant qu’elle est susceptible d’être erronée, est une bonne stratégie, dans la mesure où nous sommes conscient de cette éventualité.

Le bon angle de vision
Apporter des modifications à notre estimation initiale pour obtenir un point de vue culturel tenant compte des choses que nous savons à propos de la personne et d’où elle vient-elle pourrait s’avérer efficace. Dans le processus de recherche d’indices qui soutiennent ou contredisent notre estimation initiale, nous sommes susceptibles d’être en mesure de développer une meilleure estimation et de se rapprocher de ce que l’autre personne pourrait effectivement penser.

1 commentaire sur “1”

  1. Bonsoir Houda..tu abordes là un sujet d’une grande importance par le fait que tu offre l’occasion à ton lecteur de réfléchir sur la question de la thématique abordée.. On perçoit et on sent vraiment que tu mets du coeur à travers les mots que tu couches et aux questions que tu te poses.J’ai beaucoup apprécié le développement de ton texte et les cas abordés ,ce qui démontre une maitrise chez toi de la problématique.
    Communication et culture ont toujours été les deux faces, l’une dynamique, l’autre statique d’un même phénomène.
    La plupart du temps, l’individu réalise le partage des modes de vie ,des mœurs, des goûts, des sensations, des valeurs et des croyances dans et par la communication à travers une sphére culturelle à laquelle nous appartenons, fondé sur l’âge, le sexe, la famille, la race, et aussi sur des critères d’alliance professionnelle ou politique ou de goût, également sur la religion, la nationalité ou l’environnement économique et social.
    La culture étant définie par certains chercheurs dans le domaine, comme un langage silencieux et chaque être humain est porteur d’un bagage culturel différent ,qui est à la fois le dit, le non-dit et la manière de le dire ou de ne pas le dire.Il se trouve aussi que parfois il est difficile de parler de sa culture car elle touche à l’intime.. On ne peut la réduire à l’individu seul: il semble important de différencier entre un concept de culture fondé sur les textes et les médias, d’une part, et un concept de culture orienté vers les mentalités et les traditions , d’autre part.
    Nous sommes tous des porteurs de cultures radicalement différentes les uns des autres.
    A mon avis pour ne pas trop m’étaler, la condition première d’une communication interculturelle est moins la connaissance de la culture d’autrui, que le respect de l’autre, sinon la reconnaissance de son identité…On pourrait rester des heures à en parler tant le sujet est pertinent et le temps est précieux! Trés cordialement ,Tonton Khalid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.